Une jeune Camerounaise naïve devient une militante courageuse dans la lutte contre le sida

Huguette Hatchomou chez elle à Yaoundé, Cameroun.

Huguette Hatchomou est une des nombreuses personnes qui ont été bénies par le programme de sensibilisation au VIH/sida de l’ABU intitulé Où est le Bon Samaritain aujourd’hui ? Elle affirme que si la Société biblique devait mettre fin à ce programme dans son Cameroun natal, elle mobiliserait tous les séropositifs de Yaoundé afin qu’ils expriment leur mécontentement par des manifestations de rue.

Huguette, 33 ans, vient de Meiganga, ville située dans la province camerounaise de l’Adamaoua. Elle venait de se marier tout juste quelques mois plus tôt quand son mari tomba malade. C’est alors seulement qu’elle apprit qu’il était séropositif, et elle fut horrifiée de découvrir qu’il le savait déjà au moment de leur mariage.

Huguette était jeune et naïve, et la situation à laquelle elle se retrouvait confrontée était bien difficile à gérer. Elle n’était pas vraiment en mesure de comprendre ce qui se passait… Elle avait mené une vie droite ! Comment Dieu pouvait-il permettre qu’une telle chose lui arrive ?

Discrimination et hostilité

Son mari mourut des suites de son sida et Huguette se remaria en 2001. Mais quelque temps plus tard, cette même année, elle commença elle aussi à développer la maladie. En plus du traumatisme représenté par celle-ci, elle se retrouva également en butte à une grande discrimination – notamment de la part des gens de son Eglise. Certains de ceux qu’elle considérait comme ses amis devinrent hostiles à son égard. Mais son deuxième mari, qui est séronégatif, est resté à ses côtés et ne l’a jamais quittée.

Deux enfants emportés par le sida

En 2002, le sida emporta deux de ses enfants. Mais l’immense douleur physique et psychologique qu’elle a endurée, du fait tout d’abord de sa propre maladie, puis de la perte de deux enfants, a complètement transformé celle qui était jadis une jeune fille naïve. L’âpreté de son vécu l’a conduite à s’engager sérieusement dans la lutte contre le sida.

Après s’être remise du choc psychologique, elle quitta l’emploi qu’elle avait à l’époque pour consacrer son énergie aux personnes atteintes du VIH ou du sida. En 2007, elle découvrit le programme du Bon Samaritain proposé par l’Alliance biblique du Cameroun. Et la même année elle fonda une nouvelle structure qu’elle appela L’Association Espoir et Vie Cameroun (désormais connue sous le nom d’EVICAM), au travers de laquelle elle s’efforce d’œuvrer en faveur des droits et du bien-être des personnes vivant avec le VIH ou le sida.

Une porte-parole courageuse

Vue des fidèles d'une Eglise à Yaoundé, Cameroun

Vue des fidèles d'une Eglise à Yaoundé, Cameroun

Aujourd’hui, Huguette se bat avec ardeur pour leurs droits. Porte-parole courageuse de cette catégorie de la population, elle milite pour qu’elle soit traitée avec dignité et œuvre sans relâche à l’éradication des stigmates et de la discrimination attachés à cette maladie.

« Je rêve du jour où le sida sera totalement éradiqué, dit-elle. Du jour où le monde et les familles touchées trouveront la joie ; du jour où l’Afrique sera libérée de la terreur de cette pandémie. »

About cdadmin

Speak Your Mind